UN AUTOMNE SURVOLTÉ AU COLLECTIF !

20170115_bilan-automne-2016

Dimanche 2 octobre 2016 : Malabyrinthe
Plusieurs membres du collectif ont tenu un stand à la journée organisée par Malabyrinthe, un collectif d’habitants, d’artistes et d’associations de la Maladrerie, un quartier où les cafés ont également besoin de femmes ! Pour plus d’informations : http://maladrerie-emiledubois.aubervilliers.fr/2016/09/26/malabyrinthe-2-1-dimanche-2-octobre-2016/

Samedi 8 octobre 2016 : Lumières sur la ville (photo 1)
Le défilé des lanternes, organisé chaque année par l’association albertivillarienne Les Poussières, est passé par la place des Femmes, à l’angle de la rue des Postes et de la rue Henri Barbusse, devant Le Roi du Café, premier café labellisé par le collectif. Pour voir la vidéo en ligne : http://lespoussieres.com/fr/lanternes-2016-video/

Samedi 22 octobre 2016 : Jour de marché ! (photo 2)
Dans le centre-ville d’Aubervilliers, le collectif a investi l’installation artistique baptisée Tuvalu, îlot en bois situé au cœur du passage Henri-Alleg, ouvert les jours de marché. Ça tombe bien, puisqu’en ce samedi ensoleillé, nous avons fait « salle comble » dans notre café éphémère et fait connaître encore un peu plus le collectif !
Pour plus d’informations sur cet événement : http://centreville-victorhugo.aubervilliers.fr/2016/11/09/les-ailantes-de-lilot-tuvalu-conjuguees-au-feminin/
Pour plus d’informations sur le projet Tuvalu : http://auber-tuvalu.tumblr.com/Tuvalu

Mardi 8 novembre 2016 : La parole aux Silencieuses (photo 3)
Délocalisation exceptionnelle de notre traditionnel café du mardi soir au club Finck dans le quartier du Fort d’Aubervilliers, pour une représentation de la pièce Les Silencieuses, de Nicolas Raccah, dans laquelle il donne vie à des textes érotiques du XVIe siècle écrits par des femmes. Pour plus d’informations : https://www.facebook.com/Les-Silencieuses-1590571517898981/

Mardi 22 novembre 2016 : Rencontre-débat à Roubaix
Plusieurs membres du collectif se sont déplacées à Roubaix pour un colloque organisé par le CIDFF (Centre d’information sur le droit des femmes et des familles) sur le thème : « Regards croisés sur la place des femmes dans l’espace public ». Pour plus d’informations : https://placeauxfemmes.files.wordpress.com/2016/11/regards-croises-place-des-femmes-dans-l-espace-public-affiche.pdf

Vendredi 25 novembre 2016 : Journée internationale contre les violences faites aux femmes (photo 4)
A l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, le collectif a occupé dans la bonne humeur la sortie du métro « Aubervilliers-Pantin-Quatre-Chemins ». Voir notre article : https://placeauxfemmes.wordpress.com/2016/11/24/vendredi-25-novembre-toutes-unies-pour-la-journee-internationale-contre-les-violences-faites-aux-femmes/

Lundi 28 novembre 2016 : Colloque à Montreuil
Plusieurs membres du collectif sont intervenues lors d’une formation aux élus dispensée à Montreuil par le CIDEFE (Centre d’informations, de documentation, d’études et de formation des élus) sur le thème : « Espace public, espace masculin ? » Pour plus d’informations : http://www.cidefe.org/spip.php?article98663

L’inquiétante récupération de la lutte des femmes pour l’égalité et la mixité

Parce que nous condamnons tout refus d’accès à l’espace public, dont les cafés, à quelle que femme
que ce soit, nous sommes extrêmement choquées des choix des médias visant à stigmatiser de la
façon la plus malsaine et nauséabonde une partie de la population française. Ce brouillage relève
d’une parole raciste que nous n’acceptons pas.
Nous ne pouvons tolérer que les problèmes que les femmes rencontrent quotidiennement soient
résumés à une simple question culturelle et religieuse tant nous sommes souvent confrontées, et à
tous les échelons de la société, à un machisme dont les racines se trouvent au coeur même des
fondements patriarcaux et capitalistes de cette même société.
L’inégalité de l’occupation de l’espace public par les femmes n’est pas une particularité de la
banlieue ou du 93. Des femmes de toute la France, de tout âge, de toute culture et de toute religion
s’interdisent certaines parties de l’espace public à certaines heures, certains endroits, voire certains
équipements culturels et sociaux. Soit elles ne sont pas les bienvenues sur aucun trottoir, soit
lorsqu’elles s’y trouvent, elles risquent d’être rappelées à leur condition de femme par des
remarques et réflexions déplacées.
C’est pour cela que Place aux femmes se réunit dans les cafés : ni contre telle ou telle culture, ni
contre certains territoires où l’espace public est encore plus largement confisqué qu’ailleurs.
Aubervilliers est traditionnellement une ville d’immigration d’hommes, parfois seuls, qui se
retrouvent dans les innombrables cafés existants, car le café est un lieu chaleureux et convivial. Il
est donc facile et inquiétant de voir se développer des attaques contre le 93 en exploitant les ficelles
racistes bien connues.
Le collectif « Place aux femmes » d’Aubervilliers utilise depuis maintenant 5 ans le café comme
lieu symbolique de l’espace public d’où les femmes sont absentes. Il s’adresse autant aux hommes
qui prennent possession de cet espace qu’aux femmes qui ne revendiquent pas leur place. Nos
rencontres au café sont un acte militant qui interpelle toute la population.
Nous appelons les femmes à occuper l’espace public partout où il leur est confisqué, dans les
stades, dans la rue, en terrasse de cafés, à certaines heures du soir et de la nuit, etc. Les femmes
connaissent cette mainmise partout. Elle existe avec des aspects différents dans tous les milieux
sociaux et culturels, dans tous les lieux urbains et provinciaux, dans tous les mondes du travail, des
usines aux banques, des traders aux PMU. Les lieux de domination masculine ne manquent pas.
Tout en restant vigilantes par rapport aux agressions machistes, quels que soient leurs prétextes
culturels, nous refusons les amalgames dangereux et continuons notre travail sur l’espace public,
dans le respect de toutes les citoyennes et de tous les citoyens d’Aubervilliers.